Our Best Selling Lightning, Ziggy and Angel Jumper Are Now Back In Stock!

Our Best Selling Lightning, Ziggy and Angel Jumpers Are Now Back In Stock!

Cette section ne contient actuellement aucun contenu. Ajoutez-en en utilisant la barre latérale.

Image caption appears here

Add your deal, information or promotional text

2020 : l'année où le monde s'est arrêté et où la nature a riposté

Lorsque nous regarderons en arrière sur 2020, on se souviendra peut-être d’elle comme de l’année : le monde s’est arrêté et la nature a riposté.

Lorsque nous avons commencé à concevoir notre nouvelle collection AW20, le monde était radicalement différent. L’économie mondiale continue de progresser au détriment du monde naturel. En tant qu'ancien écrivain sur le changement climatique, assister à la disparition de la nature a toujours été déchirant, mais c'est d'autant plus poignant quand on a à s'inquiéter de l'avenir de deux petits.

Imaginez un monde en proie à des vagues de chaleur torrides, des incendies de forêt déchaînés, des tempêtes violentes et des pénuries alimentaires catastrophiques, puis ajoutez-y des milliards de réfugiés affamés qui se battent pour des réserves de nourriture et d'eau en baisse. Bien que cela puisse ressembler à un cauchemar apocalyptique tout droit sorti du 6ème royaume des enfers de Dante, c'est malheureusement ce qui nous attend dans un avenir proche. Et par avenir proche, j'entends 2040. C'est ce que révèle le dernier rapport sur le climat des Nations Unies, la référence en matière de reporting sur le réchauffement climatique.

Pour quiconque a des enfants, le pronostic est sombre. Un bébé né aujourd’hui n’aura que 20 ans lorsque le monde que nous avons connu autrefois commencera à devenir hors de portée.

S'exprimant lors des négociations de l'ONU sur le climat il y a deux ans, le naturaliste David Attenborough a mis en garde :

« Nous sommes confrontés à une catastrophe d’origine humaine à l’échelle mondiale, notre plus grande menace depuis des milliers d’années : le changement climatique. Si nous n’agissons pas, l’effondrement de nos civilisations et l’extinction d’une grande partie du monde naturel se profilent à l’horizon. »

Comment diable en sommes-nous arrivés là ?

Eh bien, chaque année, notre espèce rejette dans l’atmosphère la quantité stupéfiante de 40 milliards de tonnes de dioxyde de carbone . C'est un nombre tellement grand qu'il est complètement impossible à visualiser, mais essayons. Imaginez le plus grand porte-avions du monde, puis multipliez-le par 400 000. Vous n'arrivez toujours pas à le visualiser ? Ne t'inquiète pas, moi non plus. En termes de chaleur générée, cela équivaut à laisser tomber chaque jour un demi-million de bombes de la taille d’Hiroshima sur la planète. Cela équivaut à environ 4 par seconde !

Si vous pensez que cela semble mauvais, cela ne fait qu'empirer.

Bien que le réchauffement climatique ait commencé il y a plus de deux siècles, à l’aube de l’ère industrielle, plus de la moitié de ce CO2 a été rejeté au cours des 30 dernières années. Cela signifie que le changement climatique nous a amenés au bord de l’effondrement en l’espace d’une seule génération.

Et selon l’Organisation météorologique mondiale, la planète devrait se réchauffer jusqu’à cinq degrés Celsius d’ici la fin du siècle. Et même si 5 °C ne semblent pas grand-chose, lorsque les températures ont atteint ce niveau il y a plus de 250 millions d'années, cela a fait fondre le pergélisol mondial, déclenchant une bombe à retardement au carbone qui a fini par tuer 97 % de toute vie sur Terre.

Selon les scientifiques, c’est vers cet avenir que nous nous dirigeons rapidement.

C'est une pensée stupéfiante. Mais ce qui est peut-être encore plus étonnant est de constater que les gouvernements du monde entier ignorent largement le problème et se mettent simplement la tête dans le style de l’autruche des sables.

Compte tenu de l’énormité de la crise, il est logique de présumer qu’ils seraient tous simultanément engagés dans une course verte d’urgence pour nous sauver de notre disparition prochaine. Hélas, 2019 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée, et jusqu’à ce que cette pandémie nous enferme tous à l’intérieur, certaines espèces continuent de courir vers leur disparition à une vitesse vertigineuse.

Il y a cinq ans cependant, il y a eu un moment de clarté lorsque la Maison Blanche a été dirigée par un homme plus sensé. Entrez Barack Obama.

L’ancien président américain était déterminé à faire de la sauvegarde du climat l’un de ses plus grands héritages. Il s’est donc associé à son homologue chinois Xi Jumping pour diriger le Pacte de Paris sur le changement climatique, un accord mondial visant à freiner nos émissions de carbone liées au réchauffement planétaire. En tant que respectivement premier et deuxième pollueurs de carbone au monde, ils ont tous deux convenu qu'il était de leur responsabilité de prendre les devants en la matière. Et ils l’ont fait.

En 2015, l'accord a été signé par plus de 190 pays à travers le monde, marquant une « victoire historique ». pour l'humanité. Après tout, après 20 ans de querelles, les nations riches et pauvres ont réussi à s’unir pour le bien de la postérité, en acceptant de limiter le réchauffement climatique à 2°C avec des objectifs plus ambitieux à 1,5°C.

Pour la première fois depuis des années, il y avait un élément d'espoir car même si la somme totale des ambitions de chaque nation n'était pas suffisante pour conjurer les pires effets du chaos climatique, elle marquait l'acte d'ouverture vers la fin de notre auto-anéantissement. car les objectifs pourraient être augmentés au fil du temps.

Après avoir écrit sur le sujet pendant des années, j'étais ravi car je sentais que je pouvais accoucher de ma fille en sachant que le monde serait finalement un endroit plus sûr pour qu'elle grandisse.

Mais quelle différence une année fait.

L’arrivée de Donald Trump dans le Bureau Ovale a marqué un sombre tournant pour notre civilisation. Après avoir menacé de retirer les États-Unis du traité pendant la campagne électorale, le tweeter en chef a tenu ce serment peu après son entrée en fonction.

Et, d’un simple trait de plume, il a condamné toutes les générations futures sur terre à un sort de purgatoire étouffant. Il est extraordinaire de constater combien de dégâts peuvent être provoqués par un stylo. Après tout, si le plus grand pollueur du monde veut se soustraire à ses responsabilités, pourquoi tout le monde ne le ferait-il pas ?

Compte tenu du peu de temps dont nous disposons pour sortir l’humanité du bord de la ruine, la tragédie de cette décision ne peut être surestimée. Comme l’écrivait l’écrivain et militant pour le climat Bill McKibben dans le New York Times :

«Il est de notre devoir de veiller à ce que l'histoire juge le nom de Donald Trump avec le mépris qu'il mérite. Non seulement parce qu’il ne prenait pas le changement climatique au sérieux, mais aussi parce qu’il ne prenait pas la civilisation au sérieux.»

Cependant, au milieu de toute cette morosité pandémique, 2020 pourrait-elle enfin marquer un tournant dans notre lutte contre le changement climatique ? Même s’il s’agit d’une période véritablement terrible pour les grandes et les petites entreprises, restera-t-elle dans les mémoires comme l’année où la nature a riposté et gagné ?
Après tout, alors que les deux tiers de la planète sont confinés, les émissions de carbone à travers le monde ont chuté comme une pierre. Des dauphins ont même été aperçus nageant dans les canaux de Venise. Même si notre petite entreprise ne survivra peut-être pas à cette crise, ce n’est peut-être qu’un petit prix à payer si quelque chose de vraiment positif surgit des cendres de ce désastre.
L’impact économique de cette pandémie étant comparé aux effets de la Seconde Guerre mondiale, peut-être les dirigeants mondiaux devront-ils lancer un Green Deal international pour stimuler leurs économies ? Peut-être que cela marquera enfin le moment décisif dont nous avons besoin pour « rendre à notre planète sa grandeur ». Après tout, un tel accord déclencherait une énorme vague d’emplois verts, depuis les énergies renouvelables jusqu’à la construction verte, en passant par le commerce de détail vert et les transports verts. Et nous devons absolument changer la façon dont tout est fait, et le seul moyen d’y parvenir est de procéder à un changement descendant. Malheureusement, nos actions individuelles ne suffisent pas. Nous devons pouvoir choisir parmi des choix écologiques et la seule manière d’y parvenir est que nos gouvernements mettent ces options en place par le biais d’un changement structurel massif.

Selon l'ONU, les émissions de carbone doivent atteindre zéro d'ici 2050. Et même s'il s'agit d'un défi herculéen, il est loin d'être impossible. Lorsque les États-Unis rejoignirent la Seconde Guerre mondiale en 1941, leur économie civile devint militaire en quelques mois. Après tout, quand il y a de la volonté, il y a un moyen. Et aujourd’hui, les nations se sont unies à une vitesse fulgurante pour travailler sur un vaccin qui montre que nous pouvons nous rassembler en cas de crise. Ne gaspillons pas cette crise maintenant car nous n’aurons plus cette opportunité.

De plus, nous disposons déjà de tous les outils nécessaires pour ce changement : l’énergie verte était censée devenir moins chère que les combustibles fossiles avant le début de cette pandémie.

Cependant, comme l’a dit un jour l’abolitionniste Frederick Douglas : « Le pouvoir ne concède rien sans combat. Ca n'a jamais été fait et ca ne le sera jamais." La balle est désormais dans notre camp, l’histoire étant la preuve que l’insurmontable est plus facile qu’on ne le pense : l’abolition de l’esclavage, le suffrage universel et la fin de l’apartheid ont tous eu lieu lorsque des hommes et des femmes courageux se sont levés pour briser le statu quo.

Mais cette fois, les enjeux sont bien plus importants : la survie de toute vie sur Terre est en jeu. Nous ne devons pas échouer. Espérons donc tous que quelque chose de vraiment merveilleux sortira de cette période horrible afin que nos sacrifices collectifs ne soient pas tous vains. Comme l'a dit un jour le grand Martin Luther King : « L'arc de l'Univers est long, mais il se penche vers la justice. » On se voit de l'autre côté X

Search